jeudi 22 septembre 2016

Les relations médecins/patients sur twitter. Conséquentialisme versus déontologie.

Happy Valley : Sara Lancashire. La bienveillante.


Je vais vous raconter une histoire simple, telle que je l'ai reconstituée, ne venez pas m'ennuyer sur les détails techniques.

Une jeune femme mineure, vraiment mineure, vient aux urgences accompagnée de sa mère.
Elle est examinée par l'interne.
Elle est interrogée.
Le senior revient une demi-heure après.
" Est-ce que vous avez déjà eu des rapports ?"
Question qui a déjà été posée auparavant.
Gêne.
"Non, bien sûr que non."
Le senior a dans la poche un test de grossesse positif.
Il s'agit d'une grossesse extra-utérine qui est une urgence chirurgicale pouvant mettre en jeu la vie de la patiente. 


Cette histoire est racontée sur twitter.
Les défenseurs des patients réagissent très vite.
Je résume : "Il est intolérable de pratiquer un test de grossesse sans le consentement de la patiente."
Les médecins rient. Je résume: "Elle aurait pu mourir, donc, il n'y a pas de discussion."
Les messages s'enveniment.
Les médecins ne comprennent pas que l'on puisse discuter une seule seconde le fait d'avoir pris la bonne décision, à savoir faire un test de grossesse à une femme qui dit ne jamais avoir eu de rapports sexuels, pour lui sauver la vie.

Vous imaginez que si j'écris ce billet c'est parce que je me pose des questions, ce n'est pas parce que je pense que les défenseurs du consentement sont des demeurés.

Ma première réaction était instinctive et fondée sur l'expérience : on a tous entendu parler d'histoires de ce genre ou on en a même tous vécu et personne ne nous a jamais parlé d'un problème moral dans cette attitude. C'est une urgence. Point.

Vous assistez à un accident de la circulation et vous agissez rapidement pour sauver une personne inconsciente, vous n'allez quand même pas fouiller ses poches, interroger un éventuel fichier national pour savoir si la personne souhaite ne pas être réanimée.

Dans le cas du test de grossesse qui nous préoccupe il est aussi vraisemblable que, malgré les dénégations de la jeune femme, le fait de ne pas avoir pratiqué le test pourrait être considéré, professionnellement comme une faute et pourrait être reproché juridiquement aux praticiens.

Donc, les propos violents lus à propos des médecins posent question.

Pourquoi et comment en est-on arrivés là ?

Je ne vais pas vous écrire l'histoire du paternalisme. C'est long, c'est compliqué, c'est contradictoire, c'est controversé.

Je suis allé voir un billet de JP Devailly (LA) en son blog (ICI) toujours bien informé mais souvent un peu compliqué dans son expression et catégorique dans ses conclusions, dont le titre est "Le soignant, le patient et le système - Le paternalisme dans tous ses états". J'ai retenu ceci comme définition générale : « Le paternalisme, c’est l’interférence d’un État ou d’un individu avec une autre personne, contre sa volonté, et justifiée ou motivée par la croyance qu’elle s’en portera mieux ou qu’elle sera protégée d’un mal » d'après Gerald Dworkin, un texte de 2016 (LA). Et ceci de JP Devailly : "Le vieux modèle paternaliste de la relation médecin patient est obsolète. Certains soutiennent que l'absence totale de paternalisme est illusoire mais que les formes coercitives et fortes en sont les plus difficiles à justifier sur le plan éthique ("Paternalisme, biais cognitifs et politiques publiques favorables à la santé")."

Il faudrait dire ceci : il y aura toujours une relation asymétrique médecin/patient ou médecin/malade ou soignant/soigné mais il ne faut pas envisager cet aspect du seul point de vue des connaissances scientifiques mais aussi selon celui de la dépendance intellectuelle, financière, spirituelle, émotionnelle, et pas toujours dans le sens escompté : le patient/malade est parfois en position dominante vis à vis du médecin/soignant... Il y aura toujours ne signifie pas qu'il ne faille pas lutter contre...

Il existe un vieux mythe, sur une idée de Georges Duhamel, écrivain et médecin du "colloque singulier entre médecin et malade" qui aurait été à une certaine époque un modèle rassurant d'humanisme partagé. Je n'y crois pas une seconde. Le colloque singulier existe toujours, sans doute, je n'aime pas les consultations à trois, par exemple, je veux dire deux médecins et un patient, dans l'autre sens, cela me dérange moins bien que cela signifie une certaine forme de censure. Et il y a des éléphants dans la pièce que sont les représentants de la société de consommation.

Dans les tweets que j'ai consultés, et on ne dira jamais assez combien la forme twitteriale est agaçante par sa brièveté, par son agressivité innée et par sa volatilité, des mots et expressions sont apparues : bienveillance, serment d'Hippocrate, empathie, sympathie, neutralité, eh bien, à mon avis signifiant et signifié ne collent pas bien.

Dans notre cas précis on a aussi du mal à envisager que cette jeune femme débarquant aux urgences puisse être un patient expert, un patient ressource ou un expert profane. Si vous souhaitez sur la question lire des choses très mauvaises, j'ai trouvé une mine : le professeur André Grimaldi : ICI et LA.

Passons.

Certains des messages sont passés par le serment d'Hippocrate. Il y avait longtemps que je n'y étais pas allé faire un tour. 
Commençons par l'Hippocrate originel.

C'est quand même d'une sacrée débilité anachronique.
« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :
Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.
Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire2 abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.
Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille3, je la laisserai aux gens qui s'en occupent.
Dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.
Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.
Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »
.
Ensuite, voici la version du Conseil de l'Ordre de 2012.

« Au moment d'être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité.
Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.
Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité.
J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.
Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.
Admis dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs.
Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.
Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.
J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité.
Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j'y manque. »

Donc, on raye, c'est tellement à mourir de rire et décalé de la réalité quotidienne. Comme on dit sur twitter : trop faux.

Je suis allé faire un tour sur l'excellent blog du docteur Niide (LA) où il a écrit un billet intitulé "Care is not benevolence" (ICI) qui nous permet de mieux comprendre les différentes attitudes que nous avons décrites plus haut et d'éviter de lire des âneries (notamment sur l'Evidence Based medicine) comme celles de Gérard Reach (LA) considéré pourtant comme une sommité sur la question. 

Revenons à nos moutons.

Je voudrais citer cette phrase de Jean-Pierre Dupuy à propos du conséquentialisme en l'adaptant à notre test de grossesse : "Cet argument éthique (c'est à dire doser les beta HCG sans demander son avis à la patiente) est dit conséquentialiste : lorsque l'enjeu est important, les normes morales que l'on nomme déontologiques - au sens où elles expriment le devoir que l'on a de respecter des impératifs absolus, quoi qu'il en coûte et quelles qu'en soient les conséquences - doivent s'effacer devant le calcul des conséquences." (Dupuy Jean-Pierre. La marque du sacré. Champs essais. Paris : Flammarion, 2008) Il parlait des justifications américaines (aujourd'hui largement réfutées) pour le largage des bombes sur Hiroshima et Nagasaki. Excusez la comparaison.

Je rappelle la définitionn wiki du conséquentialisme :"Le conséquentialisme fait partie des éthiques téléologiques et constitue l'ensemble des théories morales qui soutiennent que ce sont les conséquences d'une action donnée qui doivent constituer la base de tout jugement moral de ladite action."
Allons plus loin avec le livre de Ruwen Ogien et Chrisine Tappolet : "« Faut-il être conséquentialiste ? ». Il ne s’agit donc pas de passer en revue tous les concepts de l’éthique, mais de défendre la plausibilité de la théorie conséquentialiste en comprenant plus précisément comment doivent s’articuler ces deux concepts essentiels que sont les normes d’une part et les valeurs, d’autre part. En un mot : faut-il, avec les défenseurs du conséquentialisme, considérer que ce que je dois faire (la norme) dépend en dernière instance des valeurs que présente le monde ? Ou faut-il supposer au contraire, avec les approches déontologiques, que la norme prime sur la valeur, c’est-à-dire qu’il y a des choses que je dois faire, quelles que soient les conséquences qui en résultent ?" J'ai repris ce texte sur le site Raison Publique. fr (LA).

Nous sommes au coeur du débat.

Les défenseurs des patients disent que la déontologie, même en ce cas, est plus forte que le conséquentialisme.

Les médecins pensent le contraire pour des raisons sans doute liées à leur formation. Pas tous, bien entendu. 

Il existe certainement des situations moins claires mais si, en ce cas précis, les défenseurs des patients prennent une position aussi tranchée, il n'est même pas nécessaire de parler de cas moins évidents ou plus litigieux.

Le débat est ouvert.

jeudi 15 septembre 2016

Délires et rôle du médecin généraliste comme coordinateur des soins. Histoire de consultation 193.

Buddy Guy

Monsieur A, 93 ans, est accompagné par sa fille. C'est un patient de mon associée que je reçois en son absence.

Son dossier me renseigne : maladie à corps de Lewy, diabète non id, HTA. Il est actuellement hébergé chez sa fille.

Madame B, sa fille, avant un rendez-vous pris chez l'urologue, est venue "pour le renouvellement" (et je remarque en passant la sobriété du traitement de ce patient très âgé et "dément"), et pour me montrer les résultats du scanner.

L'histoire est la suivante : pendant les vacances Monsieur A a présenté une hématurie macroscopique. Sa fille l'a emmené aux urgences. 

Il a vu ensuite un urologue qui a prescrit divers examens dont un scanner. 

Le compte rendu du scanner indique que "tout est normal" (je résume). 

(Je fais une incidente. Quand j'étais "petit" et après que j'avais fait des stages dans des services où existaient des pédagogues médecins, j'avais appris à lire des radiographies. Des radiographies simples  comme des radiographies pulmonaires ou des clichés de rachis lombaire et, lors des visites, lors de staffs, il était possible d'acquérir des connaissances en discutant avec nos "chefs" et nos pairs qui critiquaient, commentaient, interprétaient des clichés, non seulement de façon technique mais aussi en fonction du contexte clinique. Ces temps sont révolus. Désormais on lit les comptes rendus, du moins nous, les médecins généralistes, sauf quand le radiologue nous sélectionne une image et va même jusqu'à dessiner une flèche pour indiquer l'endroit pathologique, et, paradoxe des paradoxes, dans le cas des scanners et des IRM, le radiologue fournit un cd qui, le plus souvent, demande un logiciel ad hoc pour "animer" les résultats et qui est donc proprement illisible. Passons. Les non médecins généralistes se reconnaîtront aussi dans ceux qui ne lisent que les comptes rendus.)

(Deuxième incidente. L'hyper spécialisation de la médecine est une plaie. Elle est la conséquence de la technicisation et elle est une menace pour le patient. J'ai déjà écrit sur ce sujet mais je tente de synthétiser : ne plus savoir lire une imagerie et, encore plus, ne pas savoir l'interpréter, nous met à la merci des techniciens qui sont des gens formidables, mais qui sont des techniciens auxquels nous devons faire confiance aveuglément ; et ainsi, la parcellisation du corps malade, son atomisation, sa découpe en rondelles, rendent le patient (l'être humain) de plus en plus invisible, sa "transparence" supposée le détruisant en tant qu'individu.)

Monsieur A suit la conversation comme s'il comprenait tout mais, je ne mets pas longtemps à me  rendre compte qu'il est à côté de la plaque, qu'il pose des questions et commente sans qu'il y ait de rapports avec les propos que nous tenons. Sa fille, d'une patience d'ange et d'une empathie communicative, me dit que l'urologue a convoqué son père pour regarder le scanner et pour, vraisemblablement, biopsier sa vessie.

Elle remarque ma grimace.

J'interroge Madame B : l'hématurie macroscopique a disparu.

Madame B me regarde drôlement mais ne dit rien.

Je prescris une numération pour vérifier qu'il n'y a pas de déglobulisation, un bilan de surveillance diabète/HTA (en fonction des molécules prescrites) et la recherche de sang dans les urines.

Une semaine plus tard.

Le bilan est normal.

Madame B : Faut-il aller chez l'urologue ?
Moi : Je n'en sais rien. Mon avis, mais ce n'est qu'indicatif, vous le prendrez comme vous le voudrez, est qu'il faut laisser votre père tranquille.
Madame B s'est figée.
Moi : Vous pouvez aller voir l'urologue mais, si j'étais vous, je lui poserais trois questions.
Elle me regarde avec attention et je sens que le "si j'étais vous" la choque.
Moi : Est-ce que le fait de pratiquer une biopsie chez votre papa dans l'état où il est actuellement et en fonction de son âge va, un, entraîner la mise en oeuvre d'un traitement qui lui permettra, deux, d'avoir une meilleure qualité de vie, trois, d'augmenter son espérance de vie et, quatre, d'améliorer sa prise en charge ?
Silence (elle a dû remarquer qu'il y avait 4 questions).
Monsieur A n'a pas compris ce que j'ai dit.
Madame B me regarde avec des yeux qui me transpercent (c'est l'impression que j'ai).

Madame B : C'est la première fois que j'entends quelque chose de pareil venant d'un médecin. Mais vous avez le mérite d'être clair.

dimanche 11 septembre 2016

Stéphane Foucart parle aussi de vaccination. On aurait pu espérer mieux.



(Mon texte a été écrit le 9 et le 10 septembre 2016, et donc, certaines informations pourraient être devenues fausses. Le 15 septembre 2016, l'article est en ligne : ICI)

Stéphane Foucart écrit des livres, écrit dans Le Monde où il est responsable de la rubrique Sciences, travaille à France-Culture et est connu pour dénoncer les scandales de l'industrie (OGM, climat).

Et là, tout d'un coup, sans doute parce qu'il avait un diner en ville et qu'il fallait boucler, il se lâche sur la vaccination. Parce que la vaccination, coco, "ça ne se discute pas". Il n'enquête pas sur Big Pharma. C'est un peu l'histoire du mec qui, pour dire qu'il n'est pas raciste, dit qu'il a un ami juif. Mais l'idée est sans doute la suivante : il pense que les vaccinosceptiques sont de la même trempe que les climatosceptiques qu'il dénonce à juste raison.

Son dernier papier  intitulé sobrement "Scandales sanitaires, controverses... les raisons de la défiance en France contre les vaccins", voir ICI,  se situe dans la droite ligne de ce qu'écrivait Frédéric Orobon, voir LA, c'est à dire, partisan, sans ressources, naïf, peu au courant, et témoigne que les journalistes scientifiques vedettes, j'ai déjà parlé des génies que sont Jean-Daniel Flaysakier et Jean-Yves Nau (LA) (cf. infra), font plus dans le paraître que dans les études de cas. 

C'est le journalisme plan plan.

Il cite donc une étude sans la référencer. Rappel : on a deux façons, en 2016, de référencer les études, soit en mettant une note en bas de page (old school), soit en fournissant un lien hypertexte (même les grands-mères savent faire cela). Nenni.

Il est vrai que la recherche de l'article original de Heidi Jane Larson est difficile (l'article doit être "protégé"). Je trouve différentes choses dont un commentaire de Jon Cohen dans Science Mag (LA) qui fournit un lien erroné (serait-ce dû à la protection de l'article ?). Quant à Ebiomedicine (LA) c'est une revue du groupe milliardaire Elsevier associée au Lancet connue pour ses publications liées à Big Vaccine. En revanche, on retrouve facilement un communiqué de presse  écrit par la coordinatrice de l'étude (LA).

JY Nau a aussi écrit sur le sujet. Il est le seul à dire que l'article que l'on commente partout n'est pas encore publié : ICI.

A ce stade de la lecture de l'article se Stéphane Foucart on se demande s'il a lu l'étude ou s'il n'a lu que le communiqué de presse.

Il aurait pu parler de la méthodologie et de la façon de poser les questions. Comment, en 2016, mener une étude monitorée par la London School of Hygiene and tropical Medicine (ICI), en posant une question datant des mauvais auteurs du dix-neuvième siècle, "Les vaccins sont-ils sûrs ?" Les anthropologues auraient-ils oublié le concept pourtant universel de bénéfices/risques ? Quant aux interrogations sur la religion des sondés, on sent le truc téléguidé. N'aurait-il pas mieux valu, dans une étude anthropologique, segmenter en fonction de la structure familiale ?

Stéphane Foucart cite le sociologue Jocelyn Raude qui est un vaccinolâtre convaincu et qui fait des conférences (ménages) pour l'industrie pharmaceutique (voir ICI) en donnant comme exemples pour illustrer sa phrase "Les effets de la vaccination sont manifestes", ceux des pneumonies et de la tuberculose. On croit rêver en constatant autant d'ignorance (si j'étais méchant, mais je ne le suis pas, je me demanderais si les citations de Stéphane Foucart sur le climat sont de cette qualité. Comme dit l'autre : les journalistes sont écoutables quand ils ne parlent pas de sujets que l'on connaît).

Par ailleurs, notre journaliste lanceur d'alerte cite un propos du sociologue concernant l'étude "Je m'attendais à des résultats en ce sens mais je ne pensais pas qu'ils seraient aussi marqués"et, en lisant le papier de Jon Cohen cité plus haut, on retrouve une phrase de Heidi Jane Larson : "“I didn’t expect France to be as negative as it was,”" Raude a donc lu le communiqué de presse.

Pourquoi Jocelyn Raude ne parle-t-il pas de sociologie au lieu de fournir des données contestables et sans intérêt sur les vaccins ?

Stéphane Foucart, qui a écrit des livres sur la corruption dans le milieu industriel, ne contrôle pas ses sources et cite des auteurs corrompus dans le domaine d ela pharmacie
.
Je pourrais dire ceci : si je faisais le pari d'écrire un article à la manière de Jocelyn Raude ou de Stéphane Foucart pour vanter l'efficacité des vaccins, je serais meilleur que les deux réunis.

Francis Chateauraynaud, sociologue convoqué par Stéphane Foucart écrit sur l'anthropologie des sciences (voir LA). Il remonte à l'affaire du sang contaminé. Possible. Mais notre journaliste climato non sceptique écrit ceci : "La récurence des scandales sanitaires liées à l'industrie pharmaceutique semble en effet jouer un rôle dans la singularité française." Heu, deux erreurs dans la même phrase. Primo : le scandale du sang contaminé n'était pas lié à l'industrie pharmaceutique ; secundo : les scandales pharmaceutiques sont légion dans le monde et les amendes que doivent verser les "grands" labos de big pharma sont nombreuses et répétées, notammaent aux US.

Stéphane Foucart enfile ensuite les perles : il n'y aurait qu'en France que l'on aurait parlé des risques de la vaccination contre l'hépatite B (l'étude princeps sur ces risques est anglo-américaine) ; la phrase du siècle : "Dans les pays anglo-saxons l'influence de la Toile est également importante." ; la polémique sur l'autisme post vaccinal dans les pays anglo-saxons (dont on a très peu parlé en France, ce qui infirme, bla bla bla, les réticences françaises contre LA vaccination) et sur la résurgence de la rougeole en Angleterre et au Pays de Galles (tiens, il aurait les mêmes sources que Fréric Orobon...) ; le fait que les recommandations de taux de vaccination faites par l'OMS ne sont pas atteintes sans mentionner que c'est l'OMS qui est à l'origine de la fausse déclaration de pandémie grippale A1H1N1 ; et cetera.

Mais Stéphane Foucart est suivi rapidement. Une journaliste de Slate,  Nadia Daam, écrit un article (LA) sur la fameuse étude en question en renvoyant sur un lien qui est un article de presse  intitulé "Who have more faith in vaccine safety: parents in France or in Bangladesh?" (LA). Par ailleurs, elle cite un journaliste pour défendre le gardasil sans contrepartie. Que vient faire le gardasil ici ?

En réalité, le copinage, l'entre soi et l'autocongratulation sont le fait du milieu journalistique scientifique, il y a des exceptions que je ne citerai pas ici pour ne pas porter tort à ces courageux... Vous trouverez toujours les mêmes noms dans le chapeau et les experts qui se sont trompés et qui, pour certains, pas pour tous, l'ont reconnu, sont ignorés des journalistes et apparentés qui veulent faire carrière dans les médias. Nous ne parlerons donc pas de François Bricaire (voir LA) ou d'Antoine Flahault, par exemple.

Mais heureusement le canon des élégances de la disruption apporte son soutien à Stéphane Foucart. Amen.


Un sociologue confirme l'impact désastreux de la campagne de vaccination 2009 H1N1 sur la confiance vaccinale 1/2



jeudi 8 septembre 2016

(Brève) revue de presse médicale.

http://sci-hub.cc 


Je vous conseille, chers collègues, chers journalistes, chers citoyens, de vous inscrire sur twitter et ainsi, au delà des polémiques, des attaques personnelles, des trolls ou des propos de café du commerce ou de cour de récréation, d'aller y faire un tour pour être au top des derniers articles médicaux que vous conseillent des gens de qualité que vous suivez (les followers). 

https://twitter.com 


Je ne vous parle pas des Français que vous connaissez tous, Dupagne, Lehmann, ni de ceux que j'ai déjà cités comme JM Vailloud en cardiologie ou Stéphane Burtey en néphrologie, ceux que j'ai oubliés peuvent me unfollower, mais de moins connus de vous comme Philippe Ameline ou Philippe Eveillard, Paul Benkimoun du Monde. Sans oublier le compte twitter du Formindep.
Quant aux Anglais : Ben Goldrace, Medskep, Vinay Prasad, Jeanne Lenzer, Richard Lehman et son fameux blog du BMJ...

Information craquante : si vous voulez lire un article paru dans une revue où vous n'êtes pas abonné, il est possible d'avoir un accès. C'est illégal. Lire la notice wikipedia : ICI ou le site lui-même : LA. Cela ne marche pas pour la revue Prescrire.


Brèves.

Baclofène. Voilà, les résultats préliminaires de deux essais sur le baclofène sont "libérés" dans un congrès à Berlin. Les baclofènolâtres, dont Dominique Dupagne, exultent. Un article du journal Le Monde (LA) en fait un résumé orienté, on se croirait dans le Quotidien du Médecin. Sur ce blog, la polémique fait rage entre CMT et Sylvie Imbert de l'Association Baclofène (LA, ça commence le 4 septembre dans les commentaires). Je suis (plutôt) d'accord avec CMT... J'écrirai sans doute un billet sur la question mais, en résumé : publication d'essais sans parler des effets indésirables (non encore étudiés) ; résultats en pourcentages relatifs d'amélioration ; quand le promoteur d'un essai est une association de patients et l'APHP, big pharma est loin du compte en termes de manipulation des esprits...

Césariennes : le taux de césarienne n'est pas lié à un problème "médical". Voir ICI des courbes comparatives entre US, Australie, Brésil et Allemagne.

Fraude en médecine : le rédacteur en chef du Lancet dit ce que nous disons depuis des siècles : les essais cliniques, faut s'en méfier. ICI.

MDPH : ASK en son blog pose une question stupéfiante : "MDPH : fabrique à handicaps ?". CMT lui répond et complète son propos. LA

Oncologie de précision. Vinay Prasad, dont vous avez déjà entendu parler sur le blog, a publié un éditorial dans Nature (LA) pour démonter l'oncologie de précision. A faire lire aux optimistes dysrupteurs.

SPRINT. Je vous avais dit tous les doutes que j'avais à propos de l'étude Sprint (ICI et LA) alors que d'autres étaient plus favorables (ICI) et, aux Etats-Unis, la controverse fait rage (n'oublions cependant pas qu'il peut aussi y avoir, dans ces critiques qui semblent fondées, des liens d'intérêt cachés, financiers, académiques, jaloux...). Ben Goldrace, activiste UK, dont vous pourriez vous abonner aux TWTs, nous signale un article rapportant les réserves des cardiologues américains (et notamment sur la façon dont la PA a été mesurée) : ICI.

jeudi 1 septembre 2016

Frédéric Orobon, philosophe, "dit" la vaccination et ne s'est pas informé.



La Revue Esprit, à laquelle je suis abonné avec bonheur, publie un article d'un certain Frédéric Orobon, philosophe en Bourgogne, dont le titre pompeux, Les réticences contemporaines vis à vis de la vaccination (Revue Prescrire 2016, 426 : 150-61), est trompeur.

Frédéric Orobon a par ailleurs publié un livre, que je n'ai pas lu (et que je n'ai pas envie de lire, en raison de ce que je viens de lire et qui ferait de lui un spécialiste de Santé publique philosophique), intitulé Santé publique et libertés individuelles. L'exemple des conduites par lesquelles on peut se nuire à soi-même, Paris, LGDJ, 2013. C'est en fait son sujet de thèse.



J'ai hésité à écrire ce billet par peur de gaspiller mon énergie et par crainte de faire de la publicité à ce philosophe qui aurait dû rester dans sa spécialité. Mais, sans doute peu enclin à écrire de la philosophie par incompétence, il a préféré se spécialiser ailleurs, c'est à dire trouver des sujets d'étude peu abordés, sa thèse ayant été un objectif, un prétexte et une opportunité, et ainsi, spécialiste auto proclamé et seul dans son genre, c'est le principe de l'expert mongering, il est désormais invité à vie à gloser dans la Revue Esprit ou dans carnets de Santé (LA). Il aurait pu faire oeuvre de philosophe des sciences, envisager l'anthropologie, la sociologie, voire la médecine, mais non, il a recopié béatement et benoîtement la littérature plan plan et officielle de big vaccine.

On aurait aimé apprendre quelque chose, la transdisciplinarité étant à la mode et, nonobstant, potentiellement féconde, mais il est clair que cet article est un copié collé de racontars et, malheureusement, d'ignorance.

Nous avons écrit plusieurs fois ici, et CMT encore plus, qu'il était aussi crétin de parler de LA vaccination que de parler DES traitements antibiotiques, chaque cas étant particulier. Monsieur Orobon ne fait pas la différence et ne saisit pas la nuance, ce qui pour un philosophe ne manque pas de sel, mais il n'omet pourtant pas de ne pas parler du vaccin anti papillomavirus ou des graves effets provoqués par le pandemrix. Le philosophe autodidacte des sciences n'en est pas arrivé à la lettre P.

Il appert donc que l'ignorance scientifique de monsieur Orobon est à l'égal de mon ignorance philosophique (enfin, je n'espère pas, j'écris cela pour ne pas être trop méchant).

Prenons dans l'ordre.

Dès la deuxième ligne (p 150)  il va fort : 
... les réticences plus ou moins marquées vis-à-vis de la vaccination semblent aujourd'hui gagner un public plus large, à mesure que la rougeole gagne aussi du terrain.
N'étant pas habitué à la rédaction scientifique il ne cite pas ses sources. La rougeole gagnerait-elle du terrain ? Les derniers chiffres dont nous disposons ne vont plutôt pas en ce sens. Monsieur Orobon aurait dû lire CMT (LA) sur le fait qu'il existe effectivement des foyers épidémiques mais y compris dans des pays où le taux de couverture vaccinale est sub optimal (en France les "épidémies" de rougeole sont le fait de communautés à faible niveau socio-sanitaire ou de communautés religieuses réticentes à l'égard des vaccins). La lecture du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire sur le sujet (ICI) qui, en passant, est une officine de big vaccine, ne fait pas partie des occupations académiques de Frédéric Orobon.



Orobon ajoute même plus loin (p 153) :
Ainsi la rougeole, maladie considérée à tort comme bénigne, alors qu'elle est potentiellement mortelle, et que n'existent contre elle que des traitements symptomatiques, est la plus contagieuse des maladies contagieuses...
A aucun moment le philosophe ne parle de l'efficacité du vaccin ou des vaccins mais on sent chez lui une certitude appuyée quand, p 154, il écrit, enthousiaste : "Par conséquent, même si au niveau populationnel, l'efficacité de la vaccination est incontestable..." Il ne connaît pas plus les chiffres de mortalité de la rougeole avant la généralisation de la vaccination. Mais c'est parce qu'il se trompe complètement de perspective. Il écrit pour parachever son contre sens fondamental (p 151) :
S'adressant à de vastes populations, la vaccination est une des pratiques de santé publique parmi les plus connues et parmi les plus efficaces avec l'accès à l'eau potable.
Diantre.

Il est toujours déterminant de s'intéresser aux citations ou aux références qui sont celles d'un auteur, elles éclairent sur son degré de connaissance du sujet ou du parti-pris qui l'a animé : Anne-Marie Moulin, Frédéric Huet, Roselyne Bachelot (Frédéric Orobon écrit sans sourciller, ce qui montre le niveau de son argumentation : "...Roselyne Bachelot, qui se fait vacciner, certes pour montrer l'exemple, mais aussi pour ne pas exposer son petit-fils de 7 ans, et aussi pour protéger ses collaborateurs...", François Ewald, Patrick Zylberman (qui fait des ménages pour big vaccine et qui est également membre du cercle prestigieux des amis d'Antoine Flahault, spécialiste du catastrophisme A H1N1 non éclairé, 5 à 7000 morts par an dues à la grippe en France), Claude Le Pen (économiste de la santé ultra libéral). Mais Frédéric Orobon n'a pas cherché à s'informer, il n'a lu que les tirés-à-part éparpillés sur des tables lorsqu'il a assisté à la dernière conférence de Daniel Floret. Frédéric Orobon semble induire donc que seuls des illuminés, des illuminati, des crétins, des idiots, des anencéphales s'interrogent sur la vaccination. 

Pourquoi Frédéric Orobon n'a-t-il pas eu connaissance ou ne cite-t-il pas Thomas McKeown et son livre fondateur  paru en 1976 ?



J'en ai déjà un peu parlé ICI (que l'on me pardonne les auto citations mais la littérature mackeownienne en français est d'une ridicule pauvreté mais j'avais oublié CECI écrit par JBB). Que monsieur Orobon regarde cette courbe concernant la rougeole.



S'il l'avait vue et analysée il aurait pu comprendre que la quasi disparition de la rougeole dans les pays post pasteuriens (i.e. les pays où le tout à l'égout, l'eau potable et le lavage des mains font partie de la culture de base) est avant tout liée aux progrès de l'hygiène et non à la vaccination. J'écris cela  en soulignant que je vaccine contre la rougeole avec un zèle immense (99 % de mes patients sont vaccinés) et que le fait de vacciner peut certes rendre idiot mais n'empêche pas non plus de réfléchir à ce que l'on fait. N'est-ce pas un des grands principes de la philosophie ?

Une lecture attentive de McKeown aurait pu permettre à notre philosophe (des sciences ?) de citer l'exemple de la vaccination anti poliomyélite qui, elle, grossomodo, a tué la maladie, hygiène ou pas hygiène (je sens déjà que certains de mes amis vont émettre des réticences car...).

La lecture du fameux livre de McKeown, tout autant que ses premiers articles datant de 1955, aurait pu le mettre sur la piste de cette idée pourtant simple : la médecine et les médicaments ne résument pas la santé publique, il existe des politiques publiques et, surtout, des conditions socio-économiques. Il aurait pu tout aussi bien lire des critiques que l'on a adressées à McKeown qui éclairent mieux encore, à mon avis, ses propos qui étaient prémonitoires (LA).
A large and growing body of research suggesting that broad social conditions must be addressed in order to effect meaningful and long-term improvements in the health of populations has validated the underlying premise of McKeown's inquiries.

 Nous avons droit également à une virée touristique sur le droit où notre nouveau Candide découvre que les décisions de justice n'ont rien à voir avec la médecine ("... le raisonnement juridique sur la causalité va s'écarter du raisonnement scientifique.") ! Mais cela lui permet de parler de l'hépatite B, de la SEP, de l'hydroxyde d'aluminium et de la myofasciite à macrophages (il n'a rien lu de vraiment déterminant sur ce sujet). Il fait même un exposé très scolaire sur le rôle des adjuvants pour l'industrie des vaccins (p 157) qu'il a recopié on ne sait où.

Il se rend coupable d'une causerie sur la grippe A (H1N1) en nous servant un couplet sur l'individualisme opposé à la solidarité. Il est vrai que Frédéric Orobon est le défenseur d'un nouveau paternalisme, le paternalisme libéral, sans doute pour vacciner les populations à l'insu de leur plein gré (voir Revue Esprit 2093, 396 : 16-29 : il écrit un article sur le libéralisme et l'individualisme en ne citant jamais John Rawls ou le self).

Voici, à propos de la grippe ce qu'écrit le Haut Conseil de la Santé Publique qui semble être la bible de ce philosophe (voir ICI) : "La politique de vaccination contre la grippe chez les personnes âgées a été mise en place sans qu'il existe d'éléments scientifiques robustes démontrant l'efficacité des vaccins grippaux dans ce genre de population. Les études de chohorte pour justifier a posteriori pour justifier cette recommandation sont entachées de biais qui majorent l'efficacité des vaccins." Ce n'est quand même pas moi qui ai écrit cela...


Frédéric Oribon a également l'art des non citations et la note 20 de son papier est savoureuse. Il assène :
De même, nous ignorons le plus souvent qu'une épidémie de grippe saisonnière "standard" cause de 1500 à 2000 morts par an en France. Par contre, le nombre de décès due à l'épidémie de grippe saisonnière de l'hiver 2014-2015 est d'environ 10 000.

Où a-t-il vu cela ? Je rappelle que selon les chiffres officiels de l'administration l'épidémie de grippe 2010-2011, largement commentée par Orobon, a fait 151 morts contre 312 la saison précédente (LA).
Un rapport du CepiDC de 2011 disait ceci :
Les données du CepiDC (organisme insermien) indiquent (soyez bien assis et accrochez-vous à votre écran) que, pour les années précédentes (de 2000 à 2008), le nombre de décès dus à la grippe était "estimé" à 437 par an avec une moyenne d'âge à 82 ans (ces chiffres vous étaient cachés, chers amis citoyens débiles et médecins ignares et on préférait vous assener 5000 à 7000 morts annuels) et, pour l'année de la grippe "pandémique" les décès avaient été assumés à 349 avec une moyenne d'âge à 59 ans. Mais non, ils ne vous étaient pas cachés, ces chiffres, ils avaient fait l'objet d'une publication dans le même BEH : Vicente P, Aouba A, Lévy-Bruhl D, Jougla E, Rey G. Spécificité des caractéristiques de la mortalité liée à la grippe lors de la pandémie de grippe A(H1N1) en 2009-2010 en France. Bull Epidémiol Hebd. 2011; (1):1-5.
Il n'a pas plus mentionné un rapport de l'INED que nous avions critiqué LA qui allait pourtant dans son sens.
Mais il n'a plus lu les articles de la Collaboration Cochrane sur l'efficacité de la vaccination anti grippale chez les personnes âgées (ICI), chez les jeunes enfants en bonne santé (LA) ou sur l'effet préventif de la vaccination des personnels en institution (ICI).
Et lui, le philosophe, aurait pu lire Tom Jefferson commentant les mesures de coercition à l'égard des professionnels de santé en Colombie Britannique.
"It is not my place to judge the policies currently underway in British Columbia, but coercion and forcing public ridicule on human beings (for example by forcing them to wear distinctive badges or clothing) is usually the practice of tyrants.". (LA)

Le sujet de son article était passionnant et il aurait pu aborder le problème de "la" vaccination du point de vue des représentations collectives en termes de sacré/profane, en liaison également avec les autres procédures médicales (le dépistage, la prévention, le traitement) qui sont elles-mêmes sujettes à questionnement, aborder l'anthropologie, la sociologie, la philosophie des sciences, citer Illich, Jean-Pierre Dupuy, voire René Girard ou, plus prosaïquement, souligner les incroyables erreurs de communication de Bachelot and co dans une démarche qui aurait pu être gagnée d'avance, les mensonges, les approximations, les affirmations à l'emporte-pièce des autorités politiques, des agences gouvernementales dont celle, récente de Marisol Touraine, "la vaccination, ça ne se discute pas".
Occasion manquée.

En conclusion : Misère de la philosophie vaccinale.


lundi 1 août 2016

La biographie de Simon Leys par Philippe Paquet. Un sommet d'intelligence.


Qu'on me pardonne de dire le mal que je trouve dans le monde. Je souhaite qu'il change assez pour qu'on en dise du bien. Prince de Ligne. 
Cette biographie réconcilie avec les biographes (1, 2).

Philippe Paquet


Vous n'y apprendrez certes pas dans quelle position il a conçu ses quatre enfants ni comment il a flirté avec une secrétaire de l'université à Taïwan ou pourquoi ses relations avec sa mère/son père ont influencé ses avis sur La Grande révolution culturelle.

Cette biographie appartient au genre informatif, intellectuel, raisonné, documenté, transversal, élististe (le chapitre sur la peinture chinoise -mais c'était le boulot de Leys- est un peu long à mon goût). Certains, dont moi, pourront penser que Philippe Paquet a versé parfois dans l'hagiographie, mais ici le défaut est mineur, superficiel, écrire la biographie de quelqu'un c'est quand même soit l'apprécier, soit le haïr, soit avoir des factures à régler, et l'on oublie vite ce léger travers en raison de la qualité extraordinaire de ce que l'on apprend sur Leys et sur le reste.

Les biographies sont parfois aussi pour le lecteur moyen une façon inélégante de pouvoir parler du biographé en seconde main, c'est à dire citer Leys sans l'avoir lu, connaître le catalogue de ses oeuvres sans les avoir parcourues, et pouvoir dire ce qu'il y a de convenu sur le sujet, pour faire le malin en société (3) et  s'éviter ainsi de se faire une idée par soi-même. Mais Philippe Paquet, malgré le nombre important de citations qui rendent compte du style de Leys, au lieu de nous décourager de lire le reste, nous donne au contraire envie d'y aller faire un tour, de lire et surtout de relire, ce que Leys a écrit. Relire un bon auteur est l'exercice intellectuel le plus excitant qui soit. Il nous renvoie à notre propre incompétence : celle de ne pas avoir tout saisi la première fois, soit même de ne pas avoir compris le premier, le deuxième ou le troisième degré dès la première lecture, mais surtout celle d'avoir affaire à un auteur qui a sué sang et eau pour vous livrer une oeuvre qu'une simple première lecture n'a pu permettre d'apprécier. Les oeuvres d'art ont besoin d'être revues, je parle des grandes, plusieurs fois, non seulement en raison de leur mystère et de leur complexité intrinsèque, mais aussi parce qu'à différents moments de notre vie, elles peuvent exister différemment, non parce qu'elles auraient changé mais parce que nous avons changé et parce que nous y puisons des impressions différentes.



Leys a beaucoup écrit. Sur tout et sur rien. Et bien entendu on ne peut être d'accord sur tout (ni même sur rien). A la fin de sa vie on peut dire sans nul doute que c'était un conservateur. Je ne vous ferai pas l'injure de réciter la différence entre conservateur et réactionnaire. Un homme qui a tant aimé Orwell et qui a écrit des pages si magnifiques à son sujet ne peut pas être un mauvais bougre... Son insatiable curiosité pour les livres en a fait un grand lecteur et un grand critique littéraire d'une férocité parfois mordante et surprenante. Quand il y avait un cuistre, il ne le ratait pas (4). Il a beaucoup commenté (en mal) les critiques littéraires et le monde académique qui écrivait sur la littérature. Lui-même, disait-il, n'avait qu'une ambition, "stimuler l'amour de la littérature et faire lire de beaux et bons livres". Il a publié un livre s'appelant Les idées des autres, idiosyncratiquement compilées pour les lecteurs oisifs, pour dire ce qu'il avait appris des autres et comment il le leur rendait. Leys a cité un grand critique allemand de l'après-guerre, Marcel Reich-Ranicki qui disait : "la plupart des écrivains ne comprennent pas plus la littérature qu'un oiseau ne comprend l'ornithologie".

Georges Orwell


Il a donc écrit sur un nombre incroyable de sujets qui vont de la traduction (il est peu d'accord avec Kundera sur la liberté accordée au traducteur, se rapprochant de Borgès qui n'aimait rien moins que les traductions infidèles, mais il a surtout écrit ceci : "La traduction ne met pas seulement à contribution toutes les ressources de l'écriture... on ne possède vraiment un texte que si on le traduit.") au moi des écrivains (comment des personnages aussi vils que Céline ou Rebatet ont pu écrire des chefs-d'oeuvre), en passant par la belgitude (une étude inoubliable sur le déclin de Michaux dû à sa francisation), le provincialisme français (se croire universel, ne pas apprendre les langues étrangères), la poésie qu'il mettait au dessus de tout, l'université (et là, c'est tellement drôle et cela s'applique si naturellement à la Faculté de médecine (5)), mais surtout par Georges Orwell (il vous paraîtra désormais aussi incongru d'entendre un communiste ex stalinien ou un néo communiste ignorant s'en réclamer que Sarkozy citant Jaurès), Nabokov, Simone Weil (il traduisit en anglais Note sur la disparition générale des partis politiques, encore un clin d'oeil à Orwell) ou la Chine



La Chine a été le morceau de choix de Leys.



Son coup d'éclat (et surtout son courage extrême) de 1971 avec la parution  des "Habits neufs du président Mao" ne peut faire oublier qu'il était déjà un sinologue reconnu qui aimait la Chine et pas seulement la Chine éternelle. Un des grands défauts de Leys, qui s'appelait encore Pierre Ryckmans, fut qu'il parlait parfaitement le mandarin, ce qui, pour un sinologue européen est une tare rédhibitoire. Il avait appris le mandarin, s'était marié à une Chinoise de Formose, et, au cours des années il traduisit les plus grands auteurs chinois (en français puis en anglais), il devint un des plus grands experts de la peinture chinoise. Il fut aussi calligraphe, une part importante de la culture chinoise.
En 1971, et pour publier son livre il dut changer de nom, de Pierre Ryckmans il devint Simon Leys, son livre fut un coup de tonnerre dans un ciel serein et idolâtre. Dénonçant les crimes de la révolution culturelle, il fut assailli par les maolâtres de tous les pays, Paris fut pourtant la capitale mondiale du délire pro Mao et les intellectuels furent les champions du monde (nous ne citerons personne par courtoisie), mais aussi par tous les universitaires français, américains, australiens, et cetera, détenteurs de chaires de sinologie. Simon Leys résista à ce torrent de boue, Flaubert parlait d'une "marée de merde", et il les tailla en pièce, d'une part en écrivant, d'autre part en argumentant, et les faits, l'évolution de la Chine vint définitivement à sa rescousse. Le point d'orgue fut l'émission de Bernard Pivot, "Apostrophes", en mai 1983, durant laquelle il "démonta" Maria-Antonietta Macciochi qui ne vendit plus jamais un livre sur la Chine (voir LA l'archive INA). Mais, malgré l'évidence des faits, les sinologues distingués et académiques (je ne parle même pas des intellectuels qui s'étaient entichés de la Chine pour des raisons qu'ils minimisèrent ensuite et qui, de toute façon, ne pouvaient qu'obscurcir l'ensemble de leur oeuvre) continuèrent de discourir sur la révolution culturelle (après que Leys eut fait paraître Ombres chinoises en 1974 et Images brisées en 1976) et trouvèrent toujours des raisons pour ignorer les 50 millions de morts de cette désatreuse imposture (6) et de tenter d'entraver la carrière de Leys.



A propos de son "amie" italienne, voici ce qu'il lui dit, entre autres, à "Apostrophes".

Je pense que les idiots disent des idioties. C'est comme les pommiers produisent des pommes. C'est dans la nature, c'est normal. Le problème c'est qu'il y ait des lecteurs pour les prendre au sérieux... L'ouvrage de madame Macciocchi, De la Chine, ce qu'on peut en dire de plus charitable, c'est que c'est d'une stupidité totale, parce que si on ne l'accusait pas d'être stupide, il faudrait dire que c'est une escroquerie.

La mer fut un autre morceau de choix pour Simon Leys.
Il réussit à écrire un livre, Les naufragers du Batavia, qui allie son intérêt pour la mer et pour le totalitarisme en tentant de décrire comment un homme non prédestiné à cela, avait mené une entreprise totalitaire et criminelle sur une petite communauté de naufragés. Il a surtout écrit une monumentale histoire de La mer dans la littérature française : de François Rabelais à Pierre Loti.

La lecture de cette biographie ne peut que rendre humble tant Leys a été brillant en tous domaines et ne peut qu'engager les lecteurs à lire encore plus, à prendre des notes, à parler avec des amis des lectures que l'on fait, à réfléchir, à s'instruire, à se donner une discipline de pensée qui ne s'attache, au delà des apparences, des amitiés ou des modes, surtout des modes, qu'à rechercher la vérité ou ce qui peut apparaître être la vérité et à ne pas suivre les sots et les experts (et les copains).




Comme on dit, ce fut un homme protéiforme, qui changea de nom pour pouvoir entrer en Chine (et on ne peut que penser à Eric Blair/Georges Orwell), qui ne devint Australien que lorsque la Belgique accepta la double nationalité, qui revendiqua son catholicisme au point de défendre Mère Teresa de façon moins adroite que d'habitude, qui défendit la prise du pouvoir par Mao puis le combattit au nom de son amour pour le peuple chinois, qui passa de longues années de sa vie à écrire des livres savants qui ne pouvaient intéresser que quelques dizaines de lettrés de par le monde, qui continua de défendre la dissidence chinoise, qui lutta contre la privatisation des universités.

Il ne vous reste plus qu'à lire cette biographie ou, plus sérieusement, à lire Simon Leys (voir LA pour la liste des oeuvres).

Une dernière citation de Claude Roy qui écrivit (bien) sur la Chine et qui défendit Leys au pire de la cabale maoïste.

Quel est le dénominateur commun des incarnations de ce personnage en apparence multiple qui s'appelle tour à tour Pierre Ryckmans et Simon Leys ? La première vertu que propagent ces gémeaux surdoués saute aux yeux et à l'oreille : c'est d'abord le style, une écriture serrée, vive, élégante sans être guindée, fine à l'extrême dans l'analyse et précise dans l'érudition, claquant comme un fouet de dompteur dans le combat contre les faussaires.
Un PS : Françaois Janicot me signale le discours de réception d'Amélie Nothomb à l'Académie royale de Belgique. Elle succède à Simon Leys et ne parle que de lui : ICI.

Notes : 
(1) Milan Kundera déteste les biographes : "Ils ne connaissent même pas la vie sexuelle de leur femme et présupposent celle des personnages qu'ils décrivent"
(2) Cioran : "On est étonnés que tant de personnes ne renoncent pas à vivre sachant qu'ils auront un jour affaire à un biographe"
(3) Rappelons Proust se moquant de la marquise de Cambremer clamant partout qu'elle n'aimait pas Poussin mais, apprenant par le narrateur que la duchesse de Guermantes appréciait les Poussin de Chantilly, se mettait déjà à changer d'avis avant même que de les avoir vus.
(4) Il n'aimait ni Gide ni Malraux. Je ne parlerais pas des contemporains qu'il a épinglés, ce serait leur faire de la publicité... Mais il aimait Hugo plus que tout "le plus grand écrivain de la mer".
(5) Le 18 novembre 2005 : "En fait, je rêve d'une université idéale : les études n'y mèneraient à aucune profession en particulier et ne feraient l'objet d'aucun diplôme." Et ceci : "Une éducation vraiment démocratique est une éducation qui forme des hommes capables de défendre et de maintenir la démocratie en politique ; mais dans son ordre à elle, qui est celui de la culture, elle est implacablement aristocratique et élitiste".
(6) Je me suis toujours demandé si, à propos des morts du goulag ou de ceux du maoïsme, les communistes, les staliniens (et je dois dire que j'ai un peu de mal, comme Orwell, à faire la distinction, voire à distinguer les trotskystes des précédents), ne faisaient pas preuve d'une forme subtile de négationnisme, non pas celui des antisémites qui nient Auschwitz, mais celui de considérer les victimes comme un simple détail dans l'histoire du communisme... Comme l'a écrit Leys : "Les maoïstes ont cassé des oeufs sans faire d'omelette..." 

dimanche 3 juillet 2016

Trois coups de fil pendant la consultation. Un samedi.


Le samedi, après 11 heures et demi, je suis seul au cabinet. J'ai commencé mes rendez-vous à 8 heures trente, un patient par quart d'heure, et mon dernier patient, je le vois à 14 heures trente. Demi journée continue.
Dans l'intervalle il y a des appels filtrés par ma secrétaire parmi lesquels certains me sont passés, un résultat d'INR (conseil téléphonique), un muguet chez un nourrisson (conseil téléphonique), une prétendue otite chez un enfant (conseil téléphonique), et cetera. Sans oublier une erreur de date sur un arrêt de travail.
Je reçois ensuite, une fois la secrétaire partie, plusieurs appels dont trois que je vais détailler. 
Appel 1. (Une voix de femme) "Ma maman âgée est tombée à son domicile, son médecin traitant est absent le samedi. Est-ce que vous pouvez passer ?" J'explique à la dame que ce n'est pas de mon ressort. Je ne suis pas le médecin de garde. Il n'y a d'ailleurs pas de médecin de garde à 13 heures le samedi. Je l'interroge (et je vous rappelle que je suis en consultation, que j'ai un patient en face de moi, qui a pris rendez-vous, qui pourrait se fâcher que je réponde, longuement, au téléphone en sa présence...) et j'en conclus qu'il est possible, c'est une très vieille dame, qu'elle ait pu se casser quelque chose. "Vous avez deux solutions : soit, si elle peut se déplacer, vous la mettez dans votre voiture et vous l'emmenez aux urgences, soit vous appelez le 15." Elle n'est pas contente que je ne passe pas.
Appel 2. "Est-ce que vous consultez cet après-midi ? - Vous ne vous êtes pas présentée... - Oui, je ne suis pas une malade du cabinet. Mon médecin est absent. - Qu'est-ce que vous avez ? - Ce n'est pas moi, c'est mon mari. - Ah... - Il a une angine. - Hum. Je n'ai pas de place. - Je fais comment ? - Vous lui donnez du paracetamol et vous appelez le 15 vers 19 heures trente afin que la personne de permanence vous donne le code pour aller à la Maison Médicale de Garde qui ouvre à 20 heures... - A 20 heures ? - Oui. - Mais il lui faut un médecin tout de suite. - Si c'est le cas, vous pouvez toujours aller aux urgences de l'hôpital. - Mais il y a trop de monde... - Je suis désolé mais je ne vois pas d'autre solution. - Merci docteur."
Appel 3. "Allo, bonjour, est-ce que vous faites des visites à domicile cet après-midi ? - Non. Jamais. - Mais ma femme souffre énormément. - Vous êtes des patients du cabinet ? - Non, nous venons d'arriver dans la région. - Qu'est-ce qu'elle a, votre femme ? - Des douleurs de règles. - Des douleurs de règles ? Je ne pense qu'aucun médecin ne se déplacera pour des douleurs de règles un samedi après-midi. - Je ne vous demande pas de me juger, je vous demande si vous pouvez passer... - Non. - Mon ancien médecin passait, lui... - Ce n'est pas mon cas. Mais il y a des solutions. - Lesquelles ? - Eh bien, si elle a vraiment trop mal, les urgences, si elle peut attendre un peu la maison médicale de garde... - Mais je n'ai pas de moyen de transport. - Appelez un taxi. - Vous pourriez mieux me parler...  - Un médecin n'est pas un chauffeur de taxi. Bonne journée."

J'ai essayé de faire court.

Imaginons maintenant les réactions.

Qui pourrait bien réagir ?
  1. Une association de patients.
  2. Une revue de consommateurs.
  3. Une association d'urgentistes.
  4. Un syndicat médical.
  5. Un journal grand public.
  6. Un blog citoyen.
  7. Un blog médical.
  8. Monsieur/Madame Tout le Monde
  9. Un homme/femme politique


Quelques éléments de langage et vous brassez.
  1. On peut mourir.
  2. Les inégalités de l'accès aux soins.
  3. Les médecins libéraux de ville ne font pas leur boulot.
  4. Le système de garde est déficient.
  5. Que fait le conseil de l'ordre des médecins ?
  6. Il devrait y avoir un système de garde de ville 24/24 et 7/7
  7. De mon temps...
  8. C'est un cas typique de refus de soins.
Des commentaires ?



Un peu de lecture : Des données sur l'inverse care law (LA) et un commentaire humoristique : ICI.